Le mot du blog : Klaki investigations

Parce qu’il est anormalement long, cet article est aussi dispo en podcast. Pour que tu puisses continuer à vaquer à tes occupations sans que je ne te monopolise 30 minutes de ta vie 🙂

Je suis resté trop longtemps envieux des mecs qui savent coder. Le fait d’être capable, entre autres, d’automatiser des trucs répétitifs et chiants et d’en tirer un avantage sur le commun des mortels m’a toujours bluffé. Si tu combines ça avec ma fascination pour les ”trucs malins™”, le temps que je passe sur le net et la frustration grandissante de pas savoir faire… Je devais craquer à un moment.

D’autant plus que je suis tombé cet été sur cette vidéo de la Def Con 24 ou un mec explique comment avec 50 lignes de Python pour faire un bot, il avait gagné un max de trucs sur Twitter en participant à des concours type ”RT et Follow” (Où pour participer, il suffit de s’abonner aux comptes cités par l’organisateur et de repartager l’annonce du concours auprès de ses propres abonnés.).

J’étais hypé.

Je me dis que ce serait un bon projet pour apprendre à coder. Du coup me voilà à enchainer les cours Python de codecademy (très bon site semi-gratos pour tremper ses orteils dans plein de notions liées à l’informatique au passage).

Un mois plus tard, à raison de deux ou trois heures par jour, j’ai une première version de mon bot. Je vais pas le détailler ici, c’est pas l’objet du billet, je partage juste avec toi des fun facts sympas 🙂

  • Faire un bot c’est facile, faire un bot qui vole sous le radar, c’est plus chaud.
  • Sous sa forme actuelle, c’est 500 lignes de code pour la boucle principale, un catalogue de 2000 tweets tout prêts pour se faire passer pour un humain entre les sessions de participation aux concours, des outils développés pour me faciliter l’ajout de tweets dans ce catalogue (tu crois quand même pas que je vais me faire chier à les écrire moi-même alors qu’il y en a des milliards sur Twitter ;)), une gestion de blacklist, d’abonnements et de désabonnements, des logs, des stats…
  • Entre octobre 2017 et mi-janvier 2018, j’ai participé à environ 9500 concours sur Twitter.
  • J’aurais gagné un seul truc, j’aurais déjà été super content. Mais c’est une péta-chiée de lots que j’ai remportée : des places de ciné, de théâtre, de stade, une rencontre avec un gros rappeur actuel, des DVD, des produits dérivés, des trucs dédicacés, des jeux video (plein), des goodies et d’autres trucs dont on va beaucoup reparler…

En parlant strictement du code, c’est un bordel sans nom. Y a des morceaux de code dont j’ai juste honte, d’autres qui te font péter un câble à posteriori et une dernière catégorie qui te fait bien comprendre le sens de la phrase ”Non mais ça faut pas toucher, c’est historique”. Bon après, de mes heures passées sur StackOverflow ou Reddit, j’ai l’impression que c’est un peu le cas de tout le monde.

Mais ça fait le taff, j’ai appris plein de trucs et si c’était à refaire, je referais tout ça sans doute différemment. Bref je ne me considère pas encore comme sachant coder mais comme étant capable d’obtenir le résultat souhaité. Si tu vois la nuance.

On va pas se mentir, j’ai à chaque fois l’impression d’avoir un super pouvoir qui me fout régulièrement le sourire aux lèvres.

Ça c’est pour l’intro. Pour que t’aies une vision large de comment j’en suis arrivé sur ce qui va suivre. Parce que si t’es encore en train de me lire à ce stade, tu vas pas être déçu du voyage.

Enfile un slip on y va.

Lire la suite

Le mot du blog : Détend toi chouchou, être vulgaire c'est rigolo.

On essaye des trucs avec Vermoot à la musique, W4yap à la prise de vue et votre serviteur au texte. Hésitez pas à me dire si ça vous plaît (ou pas hein on est pas en Russie).

Lire la suite

Le mot du blog : Poumta POUMTA ! toudidoudidoudidoudidoudidou. Poumta POUMTA !

Si t’as un vieil adaptateur Magsafe qui traîne dans un coin et un Macbook avec un Magsafe 2, cette vidéo pourrait t’intéresser.
Il est pas né le mec qui me fera claquer 12 balles pour un adaptateur passif alors que je sens qu’il y moyen de moyenner autrement. Et dans 2 minutes, tu sauras toi aussi comment te passer de l’adaptateur Magsafe d’Apple :

Fonctionne nickel chez moi. Ch’uis pas responsable des dégâts que tu pourrais faire etc etc.

La routine habituelle 🙂

Le mot du blog : Paypal, CPU c'que c'était...

MàJ du 06/02/2017 : PayPal vient de me rembourser du montant exact de l’achat après nouvelle délibération autour du dossier que j’ai constitué, entres autres, grâce à Intel. Donc j’suis content. Juste un peu dommage qu’il ait fallu autant se battre pour se faire entendre. Je laisse le billet en ligne pour que ceux à qui ça pourrait arriver dans le futur sachent que « Yep, ça existe, et c’est un cas sauvable en tant qu’acheteur ».

 

Accroche-toi à ton chip mon gars parce que le truc est tellement ouf, l’expérience vaut presque mes 207 euros perdus.

Ça fait longtemps que j’en avais envie, et les derniers soldes Steam ont eu raison de ma volonté, je me suis refait un PC pour jouer. Bon, jusqu’ici le projet est jovial.

Je me mets donc en chasse de ma config et je décide de me prendre un truc qui tient bien la route à base de i5 6600k et GTX1060, mais j’veux pas t’emmerder avec les détails techniques parce que c’est pas ça le plus important.

Comme j’aime bien ne pas payer plus cher que ce qu’il est possible de payer, je me dis que Burning Fucking Meuchine (c’est le nom de mon PC, tu vas comprendre pourquoi) pourrait en partie être monté avec des pièces d’occasion. Je trouve ma GTX1060 6 Go à 200 balles sur eBay (avec facture et achat de 15 jours plus tôt, nickel) et mon CPU sur le « bon » coin (avec facture d’achat de septembre 2015, ça fera le taff).

Le CPU est vendu par un particulier, on me dit qu’il fonctionne bien et lui aussi est à 200 balles. Je demande à payer par PayPal histoire de pouvoir si nécessaire bénéficier de la protection des achats de PayPal. Pas con le gars, on m’la fait pas comme ça. Le vendeur accepte (en me faisant quand même raquer la com’ de PayPal, mais bon c’est moi qui le demande après tout), tout va bien.

Je reçois le proco, et premier truc qui me chiffonne, la facture est pas au nom du mec qui me le vend… Mais sur le moment ça me braque pas. Je le monte, je le testouille deux jours en charge (jeux, benches, un p’tit overclock des familles pour voir, avant de le pousser éventuellement plus fort, la routine…) et puis je m’absente deux jours. Quand je reviens, la bécane ne démarre plus. Elle est prise dans une petite boot loop ma foi bien casse-couille quand tu rentres avec l’envie de jouer.

Lire la suite

Le mot du blog : What could possibly go wrong...

Je sais pas si t’as vu, mais j’ai pondu un p’tit billet chez slice 42 sur les drones. Je voulais voir si je savais toujours écrire, et comme je sais pas trop combien vous êtes à toujours passer ici de temps en temps je voulais aussi être sûr d’être un peu lu :D. En vrai je sais combien vous êtes à passer et vous êtes pas très bien dans votre tête. J’écris un billet par an faut vous faire une raison.

Dans ce billet j’évoque le fait que la communauté des mecs qui fabriquent leurs propres moustiques volants est un peu barrée et tente un peu n’importe quoi. Le dernier exemple en date, c’est Peter Stripol qui nous l’apporte. Le gars s’est juste fabriqué un kit pour se propulser sous l’eau en utilisant des turbines pour engins radiocommandés. On est en terrain connu : ça parle ESC, Arduino et magic smoke.

Le mot du blog : Un billet... à recommander ( •_•)>⌐■-■ (⌐■_■)

Cette vidéo je l’avais faite il y a quelques mois pour réagir à cet excellent billet avant de finalement la laisser dormir dans un coin de mon dur.

Et comme je vois tout le monde s’affoler sur la bulle de contenu qui nous entoure sur le net depuis l’élection de Trump, je me suis dit que finalement j’allais la sortir.

Comment faire pour essayer de voir un peu autre chose que ce que te recommande Youtube ? Spoiler : ça se fait pas tout seul, faut titiller un peu sa curiosité et sortir un chouille de sa zone de confort. Mais ça vaut grave le coup. Dans la vid, je te dis comment je gloutonne YouTube et quelques astuces trouvées au fil du temps pour toucher des sujets plus vastes que ce que Youtube nous propose par défaut. Je réinvente rien, mais j’expose deux trois trucs qui me semblent importants à garder à l’esprit quand on bouffe du contenu sur Youtube. Et ce qui est cool, c’est que c’est finalement applicable pour plein d’autres trucs…

Bref, je te laisse regarder ça et si le format te branche, dis-le me le. Parce que je m’sens bien d’en faire d’autres dans le même genre, sans doute un peu plus peaufinées.

Page optimized by WP Minify WordPress Plugin